Charte sur le Partenariat Sociétaire : Une nouvelle approche pour le Partenariat Public Privé

25 décembre 2017

Le Gouvernement, l'Union générale des travailleurs algériens et le Forum des Chefs d’Entreprise ainsi que six organisations patronales ont signé, le 23 décembre à Alger, la Charte sur le Partenariat sociétaire. Une ratification qualifiée d’«historique» par le Président du Forum, M. Ali HADDAD, et applaudie par les membres de l’organisation.

Charte sur le Partenariat Sociétaire :  Une nouvelle approche pour le Partenariat Public Privé
Le Premier ministre, M Ahmed OUYAHIA, a indiqué que «le Gouvernement  assure de sa disponibilité à accompagner le développement du Partenariat sociétaire ainsi que le développement du Partenariat Public Privé». Il facilitera, dans le cadre de la législation en vigueur, l’ouverture du capital des petites et moyennes entreprises publiques. Le Gouvernement apportera aussi son soutien à tout investissement nouveau associant des entreprises publiques avec des entreprises privées ou mixtes.
Intervenant au nom de l’ensemble des organisations patronales, le Président du FCE a  relevé que la ratification de la Charte est un «acte fondateur d’une nouvelle approche pour la mise en œuvre du Partenariat Public Privé», mais aussi de «prolongement de la signature du Pacte National Economique et Social de Croissance». M.HADDAD a exprimé, à cette occasion, sa fierté de «faire partie des artisans de cette refondation historique du modèle économique algérien».  La signature de la charte est également «un geste historique qui scelle notre engagement  à renforcer le partenariat entre le Gouvernement et les partenaires sociaux mais surtout entre les entreprises privées et les entreprises publiques. C’est une première dans l’histoire de l’Algérie indépendante !»
C’est aussi une nouvelle phase dans le processus de transformation de l’économie nationale qui a été amorcée et qui permettra non seulement d’améliorer la compétitivité des entreprises algériennes mais aussi de contribuer à l’épanouissement de la population et à la préservation de la souveraineté économique du pays.  «L’indicateur le plus significatif de l’efficacité des mesures prises dans ce sens est la productivité », a-t-il suggéré.

Le Président du FCE est convaincu qu’«il n’y a plus d’entreprises privées ni d’entreprises publiques mais des entreprises nationales algériennes qui vont cimenter et renforcer le socle de l’économie de notre pays». Le FCE œuvre, à cet égard, pour créer une synergie entre le secteur public et le secteur privé et qui fera partie des orientations stratégiques de la politique économique du pays. Pour assurer le plein succès de ce partenariat public privé, la mobilisation et la coordination de toutes les  compétences est indispensable, particulièrement celles de la jeunesse et la Diaspora.

M. HADDAD a réaffirmé, par ailleurs, l’attachement du Forum à une économie de marché à dimension sociale dont les principes fondamentaux sont, notamment, la liberté d’entreprendre, d’investir et de commercer. Le FCE défend un modèle social qui s’inspire de valeurs ancrées dans la société algérienne: «la solidarité, l’engagement, le partage, la justice et l’équité». Le principal enjeu de la charte est de veiller au respect d’une distribution équitable des richesses. L’entreprise, quant à elle, a un rôle prépondérant dans la redistribution équitable des richesses à travers la rémunération de ses employés et le payement régulier des charges sociales et fiscales. Le Président du Forum a soutenu que l’organisation milite pour l’émergence d’entreprises citoyennes et solidaires.

- Charte Relative au Partenariat des Sociétés du 23 Décembre 2017