Conférence nationale sur le bâtiment : Le Président du FCE défend les capacités nationales

21 décembre 2017

Le Forum des Chefs d’Entreprise a organisé, conjointement avec le ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, la première édition de la conférence nationale sur la production de biens et de services dans le secteur du bâtiment.

Conférence nationale sur le bâtiment : Le Président du FCE défend les capacités nationales

Tenue en marge de l’exposition de la production de biens et de services dans le secteur du bâtiment, cette rencontre, placée sous le thème «Construisons national», a vu la participation du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la ville, M. Abdelhamid Temmar et le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi ainsi que de nombreux responsables des deux secteurs et d’opérateurs économiques.

Intervenant à cette conférence, le Président du FCE, M. Ali Haddad, a salué les efforts entrepris par le ministre de l’Habitat, qui a insufflé une nouvelle dynamique à ce secteur, caractérisé, par le passé, par un immobilisme pénalisant les entreprises nationales publiques et privées. Mais, poursuit-il, aujourd’hui «l’enjeu est de parvenir à confier la réalisation des différents projets à des entreprises algériennes».

Dans ce sens, le FCE s’engage à mobiliser les capacités nationales pour réaliser les objectifs tracés dans la filière du bâtiment et de la construction, qui a vu le lancement de nombreux programmes publics. 

«Cette conférence et cette exposition sont le prolongement de la troisième édition de l’Université du FCE pendant laquelle nous avions fait le constat que les parts de marché des entreprises algériennes représentaient moins de 30%», a-t-il fait remarquer. Fervent défenseur des entreprises nationales, il a regretté que le recours à des services et à des produits étrangers pour construire un logement soit «une aberration  pour une économie qui ambitionne de développer les exportations». 

La présence de tous les acteurs, maitres d’ouvrage, maitres d’œuvre, opérateurs économiques et experts a été, à cet égard, une occasion, pour discuter des mesures urgentes à engager afin d’inverser cette tendance, préjudiciable aux entreprises.

Malgré la volonté politique, «des choix personnels vont à contresens de cette volonté affichée par les plus hautes autorités de l'Etat». A titre indicatif, l’arrêté promulgué en 2011 accorde une marge de préférence de 25 % aux produits d’origine algérienne et aux  entreprises ou bureaux d'études de droit algérien dans le cadre des marchés de fournitures,  de travaux, de services et d'études. En revanche, les statistiques démontrent que ce principe de préférence nationale n’a pas été appliqué. «Les entreprises étrangères se sont vu attribuer plus des deux tiers des marchés, souvent au même prix, au même coût et sans application du code des marchés publics qui prévoyait déjà 25% de préférence nationale».

Le FCE préconise la mobilisation des capacités et des moyens du secteur privé pour la réalisation du programme de logements, qui reste l’une des priorités du Gouvernement. L’enjeu principal de la démarche que prône le Forum est de construire une filière du bâtiment professionnelle et organisée, bâtir un socle solide à l’industrie et optimiser son potentiel d’exportation. «Nous l’avons fait pour le ciment pourquoi pas pour les autres matériaux de construction, les équipements et l’ingénierie», a-t-il indiqué. Le FCE milite également pour l’édification d’un écosystème d’innovation en réalisant des  centres d’excellence, des centres de recherche, des écoles spécialisées dans les métiers du bâtiment que ce soit ceux relatifs à la conception, à la réalisation ou à la gestion. Des objectifs à réaliser parallèlement avec l’élaboration d’une base de données fiable et pertinente sur cette activité stratégique. «Nous avons d’ailleurs adhéré à la démarche de l’élaboration de la cartographie économique nationale afin d’identifier les branches d’activité qu’il faudra renforcer, les produits qui présentent un grand potentiel d’exportation; et connaitre nos capacités installées de production de biens et de services», a-t-il souligné. Et de conclure : "quand le bâtiment va, tout va" et surtout quand cela va dans le sens de la promotion de l'entreprise  algérienne et du produit algérien.

A signaler, la conférence sur le bâtiment a été sanctionnée par une série de recommandations permettant le développement du secteur du bâtiment.